À la prise de vue, Simenon pense instinctivement au récit.

J'ai placé dans chaque chapitre une série de photos en séquences, de cours récis audiovisuels que le lecteur peut imaginer et poursuivre à sa manière. Une autre manière de découvrir et d'entrer dans l'univers Simenon.

Voici une suite de quatre photos qui raconte l'entrée de Sylvie, personnage du roman LE LOCATAIRE, dans la villle de Charleroi.

 

les séquences

La réunion photo-texte en contrepoint constitue l'originalité du scénario. C'est ainsi que naissent spontanément des débuts de CONTES autonomes imaginés en synergie avec l’univers de Georges Simenon et que le lecteur peut continuer et imaginer à sa guise. Par ce procédé le lecteur est invité à contempler les images dans le contexte littéraire dans lequel elles ont été conçues. Et surtout à participer en une certaine façon à la fiction, à entrer dans l'imaginaire à partir de la matière propre à la photographie et aux textes.

L'article suivant UNE SÉQUENCE EN RÉEL présente une des premières prises de vue de Simenon. C'est à l'occasion de son passage à Marseille. Il est sur le vieux port, dans la matinée. Un récit photographique spontané se crée. Un roman naîtra quelques années plus tard, LA FUITE DE MONSIEUR MONDE dans lequel se retouvent les mêmes impressions. Témoignage de la mémoire prodigieuse de l'écrivain et de son potentiel de création.

LA FUITE DE MONSIEUR MONDE a été terminé le 1er mars 1944 à Saint-Mesmin, route de Pouzauges, villa “Le Cottage”. Édition, La Jeune Parque, 1945.